Réflexion

Comment le chômage a été bénéfique pour ma vie

Dans notre société, le terme chômage peut sonner de manière négative dans les pensées de beaucoup de personnes. Pour la plupart, le statut de chômeur rime avec honte, échec par exemple. Cela joue aussi négativement sur le moral des gens. Il y a du stress, de la pression, même à travers ton entourage, à vouloir toujours te poser ces mêmes questions : « Alors tu as trouvé du boulot ? Quand est ton futur entretien ? Etc ». Tu te trouves dans cette situation d’être prêt à accepter n’importe quel job pourvu qu’il y ait une rentrée d’argent, donc une sécurité financière derrière.

Être au chômage c’est aussi ce côté barbant de la recherche d’un travail, des envois intempestifs de CV et de lettres de motivation, que tu ne sais plus où t’en donner de la tête ! Il y a aussi tout ces rendez-vous obligatoire au pôle emploi qui ne te donnent aucune saveur et, selon mon avis et expérience personnel, aucune piste dans ta recherche de travail. Je n’ai limite jamais eu besoin de leur aide pour trouver mon propre job plus tard. Comme ont dit; on n’est jamais mieux servi que par soi même.

Mon parcours de chômeur

Je t’avouerai que le début de mon chômage s’était plutôt bien passé. J’ai eu un licenciement économique, ce qui m’a permis d’avoir pas mal d’avantages mais aussi des inconvénients. L’avantage était le droit à la formation et financé par Pôle Emploi. J’ai donc par la suite suivi une reconversion en informatique sur une durée de 6 mois environ.

Après cette formation, c’est là que les inconvénients ont suivi. Je me suis mis à la recherche d’un job dans un poste de développeur web. Malheureusement, tous me demande un bac+2 à 5 et avec au moins 2 ans d’expériences dans le domaine. J’ai aussi passé maintes entretiens qui furent un enchainement d’échecs. Jusqu’à ce mois de mars 2016 où j’ai enfin décroché un CDI dans une boite d’informatique. Crois moi la bataille fut longue !

A la découverte de ma passion

On arrive dans le vif du sujet; les bénéfices du chômage dans ma vie. Tout d’abord, faut-il pour autant se lamenter sur son sort ? De toujours douter de soi ? De baisser les bras à la moindre échec ? D’accepter sa situation et de ramasser le premier boulot, même le plus ingrat, en chemin ? Et pendant ce temps là, ne rien faire d’autre que de se plaindre ?

Je ne me suis pas laissé abattre par cette situation. Au lieu de me morfondre dans mon lit le soir devant la TV avec un gros pot de glace (ahah !), j’ai saisi tout ces temps libres, en parallèle de la recherche de boulot, à m’intéresser à de nouveaux activités en tout genre, dont la plupart que j’ai abandonné en cours de route, comme la guitare par exemple que j’avais repris après tant d’années mais dont la passion n’y était plus ! (Qui sait un jour je m’y remettrait …).

Du coup je me suis mis à me former dans d’autre domaines. Dans l’informatique pour commencer, à apprendre de nouveaux langages de programmation, en plus de mes connaissances acquises, afin de me perfectionner au code et par la suite maximiser mes chances de trouver un boulot de développeur (l’idée de devenir freelance m’est passé par la tête mais j’ai vite abandonné je dois l’avouer).

C’est là que la photographie entre en scène. Muni d’abord d’un smartphone ainsi que d’un petit appareil photo compact, je sillonnait les rues de Paris, à photographier la ville pour simplement tuer l’ennui… Au fil de mes balades, tout ce que je voyais de « beaux » je le shootait. Avec le temps, je prenais l’habitude de sortir avec mon appareil compact et ainsi prendre plaisir à faire de la photo.

Bref, j’ai commencé à réellement prendre du plaisirs dans l’exercice. Après des jours de réflexions, la suite logique des choses était l’achat de mon premier réflex évidemment. A partir de ce moment là, j’ai commencé à suivre des formations, des tutoriels sur internet à travers des sites, des blogs, et en grande partie sur YouTube et tout ça pendant mes temps libres. Désormais, grâce à cette épreuve, la photographie est devenue ma plus grande passion, et je continue d’apprendre et de progresser chaque jour.

Ne baisse jamais les bras !

Certains de mes amis me disent souvent ceci :

« En vrai, si tu n’avais jamais connu le chômage, tu n’aurais pas découvert ta passion de la photographie qui t’anime aujourd’hui. Heureusement que tu es passé par là ! »

Dans la mesure du possible, et parce que toute les situations de la vie n’ont pas le même degré de difficulté, si tu traverse un moment difficile mais surmontable, prend ce temps comme une opportunité pour découvrir, t’adonner à une passion. Tout en la développant, construit un projet qui tourne autour de cette passion !

Tout épreuves dans la vie ne sont pas forcément des échecs mais une étape qui t’aidera à avancer, à grandir, à évoluer, à découvrir qui tu es vraiment, ce que tu vaux réellement. Et bien sûr, à révéler ton réel et potentiel don dans ta vie, si tu te laisses du temps de te chercher en route. Ne baisse jamais les bras !

N'hésite pas à partager ! Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.